Josephine Turpin Washington

Josephine Turpin Washington () était une écrivaine et enseignante des États-Unis. Elle était Afro-américaine et a été une éducatrice pendant longtemps, ainsi que fréquemment auteure d’articles pour des magazines et des journaux concernant typiquement certains aspects du racisme aux États-Unis. Elle était une arrière-petite-fille de Mary Jefferson Turpin, une tante paternelle de Thomas Jefferson (président des États-Unis entre 1801 et 1809)[1].

Cet article est une ébauche concernant une femme de lettresaméricaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

. . . Josephine Turpin Washington . . .

Josephine Turpin naît le 31 juillet 1861 dans le comté de Goochland, en Virginie ; elle est la fille d’Augustus A. Turpin et de Maria V. Crump[1]. Son père est le fils d’une ancienne esclave africaine nommée Mary et d’Edwin Durock Turpin (1783–1868)[1], petit-fils de Mary Jefferson Turpin et arrière-grand-père d’Odette Harper Hines. Dans son livre de 1995, All is Never Said: The Narrative of Odette Harper Hines (écrit avec Judith Rollins), Hines révèle qu’Edwin Durock Turpin est tombé amoureux de Mary peu de temps après qu’elle est arrivée à Baton Rouge, en Louisiane, à bord d’un bateau négrier, et qu’elle est devenue sa propriété. Quelque temps plus tard, il a franchi un pas très inhabituel pour l’époque et l’a épousée. Selon Hines, son arrière-grand-père a veillé à ce que leurs enfants reçoivent une éducation et a également rompu avec la pratique courante en permettant à ses esclaves d’apprendre la lecture, l’écriture et le calcul de base[2],[3].

Josephine Turpin Washington. Portrait conservé à la Bibliothèque publique de New York.

Josephine Turpin a d’abord fait ses études à domicile et plus tard dans des écoles publiques, probablement à Goochland. Après l’emménagement de sa famille à Richmond, en Virginie, elle obtient jeune ses diplômes de l’école publique et est diplômée de l’école supérieure et de l’école normale en 1876[1]. Elle rejoint ensuite l’Institut Richmond, plus tard connu sous le nom de Richmond Theological Seminary (Séminaire théologique de Richmond), où elle enseigne pendant trois ans et suit également des cours ; elle le quittera sans en être diplômée en raison d’une superposition entre ses cours et les examens[1]. Elle fait partie de la promotion de 1886 à l’Université Howard — dans laquelle elle est entrée à l’automne 1883[1] — où, pendant les vacances d’été, elle travaille pour Frederick Douglass[1], alors enregistreur des actes pour le district de Columbia. Après l’obtention de son diplôme, elle enseigne les mathématiques à l’Université Howard jusqu’à son mariage en 1888 avec le docteur Samuel Somerville Hawkins Washington ; le couple s’installe alors à Birmingham (ou Mobile[1]), en Alabama[4].

. . . Josephine Turpin Washington . . .

Cet article est issu du site Web Wikipedia. L’article original peut être un peu raccourci ou modifié. Certains liens peuvent avoir été modifiés. Le texte est sous licence “Creative Commons – Attribution – Sharealike” [1] et une partie du texte peut également être sous licence selon les termes de la “GNU Free Documentation License” [2]. Des conditions supplémentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimédias. En utilisant ce site, vous acceptez nos pages Mentions légales . Liens Web : [1] [2]

. . . Josephine Turpin Washington . . .

Previous post Discographie de Mötley Crüe
Next post Jean-Émile Charon