Ponts de la Vendée

Les ponts de la Vendée sont un ensemble de deux ponts ferroviaires consécutifs qui franchissent des bras de la Loire de part et d’autre de la pointe est de l’île de Nantes (plus précisément l’ancienne île Beaulieu) à Nantes et rejoint Saint-Sébastien-sur-Loire (Île Forget) au sud du fleuve, en France. Ils sont établis sur la ligne de Nantes-Orléans à Saintes. Le premier d’une longueur de 322 m franchit le bras de la Madeleine (pont de la Vendée 1) et le second d’une longueur de 255 m le bras de Pirmil (pont de la Vendée 2), le tronçon d’une centaine de mètres reliant sur l’île de Nantes les deux ouvrages d’arts traverse le parc de Beaulieu.

Ponts de la Vendée

Géographie
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Commune Nantes, Saint-Sébastien-sur-Loire
Coordonnées géographiques 47° 12′ 50″ N, 1° 31′ 03″ O
Fonction
Franchit Bras de la Loire
Fonction Ferroviaire
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 322 et 255 m
Largeur 10 m
Matériau(x) pierre
Construction
Construction 18?? – 1866
Entreprise(s) Ernest Goüin et Cie
Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Géolocalisation sur la carte : Nantes

modifier 

Il est communément appelé « pont de la Vendée » dans son ensemble.

. . . Ponts de la Vendée . . .

Le pont de la Vendée 1 est situé entre les points kilométriques (PK) 1,909 et 2,231 de la ligne de Nantes-Orléans à Saintes, tandis que le pont de la Vendée 2 est situé entre les PK 2,343 et 2,588 de la même ligne. L’altitude de la voie est de 13 m sur les deux ouvrages.

L’ensemble des deux ouvrages et des tronçons appuyés sur les îles Beaulieu et Forget, appelé « pont de la Vendée », était considéré comme le plus long pont d’Europe à sa construction[1], achevée en 1866[2]. La réalisation en a été confiée à Ernest Goüin et Cie (Société de construction des Batignolles), dont c’était le premier pont non-métallique[2]. Les piles des ponts ont été fixées en utilisant soit la technique du fonçage[1] (basée sur le creusement de puits), empruntée à l’industrie minière, soit la technique des caissons à air comprimé[2].

Franchissement des Ponts de la Vendée vu depuis un TER SNCF Nantes – La Roche sur Yon

Les ouvrages sont détruits partiellement lors de la Seconde Guerre mondiale, notamment le , par des bombardementsaméricains qui touchent également les agglomérations voisines[1],[3] ; ils sont reconstruits à l’identique[2].

. . . Ponts de la Vendée . . .

This article is issued from web site Wikipedia. The original article may be a bit shortened or modified. Some links may have been modified. The text is licensed under “Creative Commons – Attribution – Sharealike” [1] and some of the text can also be licensed under the terms of the “GNU Free Documentation License” [2]. Additional terms may apply for the media files. By using this site, you agree to our Legal pages . Web links: [1] [2]

. . . Ponts de la Vendée . . .

Previous post Edmond Rigal
Next post Saint-Micaud