Edmond Rigal

Edmond Rigal, né le à Paris (13e arrondissement), et mort le à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne)[1], à la Maison Nationale des Artistes, est un graveur et peintre français.

Pour les articles homonymes, voir Rigal.

Cet article est une ébauche concernant un graveur et un peintrefrançais.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus sur les bandeaux.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources().

Si vous disposez d’ouvrages ou d’articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l’article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique :Quelles sources sont attendues ?Comment ajouter mes sources ?

Il a notamment été Meilleur ouvrier de France en 1927 en gravure-impression taille-douce.

. . . Edmond Rigal . . .

En 1917, Edmond Rigal entre à l’École des arts et du livre à Paris (devenue École Estienne), d’où il sort major de sa promotion en 1922 avec quatre premiers prix. Il devient professeur dans cette même école en 1930 et y forme de jeunes artistes et artisans de la gravure en taille-douce.

Il épouse Augusta Cabridens en 1925. De cette union naît, en 1926, un fils, J.J.J. Rigal, lui-même graveur.

En 1927, Edmond Rigal crée son propre atelier d’impression de gravure en taille-douce à Fontenay-aux-Roses. En tant qu’imprimeur il participera à l’édition de livres de bibliophilie, comme Colloque entre Monos et Una d’Edgar Poe[2].

De 1942 à 1984, il enseigne la gravure à Fontainebleau dans son nouvel atelier. Dès 1942, la municipalité de Fontainebleau organise au théâtre municipal une exposition de ses œuvres. En 1984, elle présente une importante rétrospective dans ce même lieu.

Edmond Rigal participe à de nombreux Salons et expositions de groupes tant à Paris, qu’en province et à l’étranger.

Membre de la fondation Taylor depuis 1936, celle-ci présente ses œuvres dans sa nouvelle galerie en 1987.

« Il faut savoir gré à Edmond Rigal de nous rappeler ce que représentent pour l’art graphique les techniques (dans le sens le plus noble du terme) de la pointe-sèche et de l’eau-forte. Pendant un demi-siècle Edmond Rigal a cherché les motifs les plus caractéristiques pour imposer des gravures qui justifient ces techniques et qui nous obligent à trouver de nouvelles voies au graphisme. Toute la vie d’un obstiné qui n’a jamais voulu s’humilier devant la publicité et le snobisme est un exemple de ce qu’il y a de plus important chez un artiste : la pureté. »

 Philippe Soupault, 1973[réf. nécessaire]

Il est enterré au cimetière de Fontenay-aux-Roses.

  • 1933 : La grande cheminée. – Eau-forte et aquatinte, 75 ex.
  • 1945 : Le soleil brille pour tout le monde. – Eau-forte
  • 1965 : Mon Paris, place Jussieu. – Eau-forte
  • 1968 : Mon ami de 1929 (André Malraux). – Pointe sèche, 99 ex.
  • 1972 : Mon voisin Paul Léautaud. – Pointe sèche, 50 ex.
  • 1976 : Playa Arenella. – Pointe sèche
  • 1927 : gravures d’Alexandre Alexeïeff pour le Voyage au pays des Articoles d’André Maurois (Paris : J. Schiffrin)
  • 1928 : gravures d’Albert Decaris pour Combourg de Chateaubriand (Paris : le Fuseau chargé de laine)
  • 1928 : gravures d’Alexeïeff pour Les nuits de Sibérie de Joseph Kessel (Paris : impr. Lahure)
  • 1929 : gravures d’Alexeïeff pour Adrienne Mesurat de Julien Green (Paris : Les Exemplaires)
  • 1929 : gravures d’Alexeïeff pour La chute de la maison Usher d’Edgar Poe (Paris : Orion)
  • 1929 : gravures d’Alexeïeff pour le Colloque entre Monos et Una d’Edgar Poe (Paris : Orion)
  • 1929 : gravures d’Alexandra Grinevsky pour Deux artistes lyriques de Valery Larbaud (Paris : Gallimard)
  • 1930 : gravures de Decaris pour Du sang, de la volupté et de la mort de Maurice Barrès (Paris : Le Bois sacré)
  • 1930 : gravures d’Alexandra Grinevsky pour L’archidiable Belphégor de Machiavel (Paris : Orion)
  • 1930 : gravures de Stéphane Rayk pour La vénus d’Ille de Prosper Mérimée (Paris : Orion)
  • 1930 : gravures de Galanis pour Les nourritures terrestres d’André Gide (Paris : Gallimard)
  • 1930 : gravures d’Alexandra Grinevsky pour Paludes d’André Gide (Paris : Gallimard)
  • 1931 : gravures de Laszlo Barta pour Les balades du Testament, les Poésies diverses et la Repue franche de François Villon (Paris : La Cigogne)
  • 1931 : gravures de Decaris pour Sous l’étoile du mage de Charles Maurras (Paris : Le Cadran)
  • 1931 : gravures de José Pedro Gil pour Constance, l’illustre servante de Cervantes (Paris : H. Piazza)
  • 1937 : gravures de Renée Jullien pour son texte Yun-Nan-Fou : la ville des nuages (Paris : Les Amis du livre moderne)
  • 1950 : gravures d’Alexeïeff pour le Chant du Prince Igor (Rolle : P. Eynard)

. . . Edmond Rigal . . .

This article is issued from web site Wikipedia. The original article may be a bit shortened or modified. Some links may have been modified. The text is licensed under “Creative Commons – Attribution – Sharealike” [1] and some of the text can also be licensed under the terms of the “GNU Free Documentation License” [2]. Additional terms may apply for the media files. By using this site, you agree to our Legal pages . Web links: [1] [2]

. . . Edmond Rigal . . .

Previous post Fanny J
Next post Ponts de la Vendée