British American Land Company

La British American Land Company ou BALC a été fondé en 1832 sous l’influence de John Galt, (surintendant de la Canada Company, Haut-Canada), et plusieurs investisseurs afin d’acquérir et de gérer le développement de 800 000 acres (3 237 km2) de Terre de la Couronne dans les Cantons-de-l’Est (Québec) afin de favoriser l’immigration de sujets britanniques dans cette région du Bas-Canada.

Cet article est une ébauche concernant l’Estrie, l’Empire britannique et le Bas-Canada.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

British American Land Company

Carte du bas Canada ou Québec 1855 par Joseph Colton; les hameaux de Robinson et Victoria y sont inscrits.

Création à Londres
Dates clés 1834 (début de la colonisation)
Disparition
Siège social Sherbrooke
 Canada
Actionnaires Edward Ellice, (propriétaire absentéiste)
John Galt
Activité Développement et vente de terrains
modifiermodifier le codevoir Wikidata 

. . . British American Land Company . . .

À cette époque, il n’y avait pas de développement à l’est de Cookshire et aucun pont ne permettait de traverser la Rivière Eaton. La colonisation s’était plutôt étendue vers le sud; Eaton Corner, Sawyerville, etc. La vaste étendue de terre non arpentée étaient parcourue par les chasseurs et les Abénaquis venant d’Odanak (Saint-François-du-Lac) et de Wôlinak (Bécancour), à mesure que le gros gibier se faisait de plus en plus rare dans les cantons plus développés à l’ouest. Le premier pont sur la rivière Eaton fut construit à Cookshire en 1834, à l’endroit du pont couvert encore existant; l’actuel Chemin Victoria, fut défriché et ouvert jusqu’à la Rivière au Saumon (Le Haut-Saint-François). Un village modèle nommé Victoria avec plusieurs maisons, école,et une église, fut construit à quelques km de la rivière au Saumon. La population avait atteint un maximum de 200 habitants, mais les terrains ne donnèrent pas de bonnes récoltes et les villageois abandonnèrent tour à tour le village qui tomba en ruines. En 1935 Alexander Tilloch Galt, le fils de John Galt, est responsable de la compagnie. La Rébellion des Patriotes fit également diminuer l’immigration venant de l’Empire britannique. En 1838, le village de Victoria fut totalement abandonné. D’autres immigrants se sont installés plus près de Cookshire à un endroit nommé Robinson qui a prospéré et est devenu Bury (Québec)[1]. En 1845, des imigrants écossais se servirent des débris de l’ancien village de Victoria et s’installérent à l’endroit actuel de Scotstown.

En 1851, le Chemin de fer Saint-Laurent & Atlantique, qui reliait Québec à Portland (Maine) en passant par Lennoxville augmenta le nombre d’immigrants et de travailleurs. Les habitants continuèrent à défricher vers l’est en continuant le chemin Victoria jusqu’au Ruisseau la Loutre (Otter Creek)[2], puis en ouvrant le chemin Franceville près du Mont Mégantic. Les terres n’étant pas très cultivables et marécageuses; le marécage des Scotts en témoigne encore aujourd’hui. Ce fut plutôt l’industrie du bois qui fit prospérer le village de Scotstown comme en témoigne une ancienne cheminée et un barrage encore existant. En 1870 le canton de Hampden fut arpenté pour continuer le développement et le peuplement.

. . . British American Land Company . . .

This article is issued from web site Wikipedia. The original article may be a bit shortened or modified. Some links may have been modified. The text is licensed under “Creative Commons – Attribution – Sharealike” [1] and some of the text can also be licensed under the terms of the “GNU Free Documentation License” [2]. Additional terms may apply for the media files. By using this site, you agree to our Legal pages . Web links: [1] [2]

. . . British American Land Company . . .

Previous post Confins militaires
Next post Nyva Ternopil