Aphérèse en français

L’aphérèse (substantif féminin) constitue un procédé connu du français familier[1] qui consiste à retrancher une ou plusieurs syllabes ou bien une ou plusieurs lettres au commencement d’un mot. L’aphérèse est moins utilisée que l’apocope.

Pour les articles homonymes, voir Aphérèse.

L’évolution du français a donné lieu à des phénomènes proches de l’aphérèse. Ainsi le mot âge remontant au latin *aetaticum, en passant par l’ancien françaiseage puis aage a été pour ainsi dire « mangé » par le suffixe (-age remonte à -aticum). Quant à ma mie il s’agit d’une mécoupure : m’amie correspondant au français moderne mon amie. Moniale est une véritable aphérèse, issue du latin médiévalsanctimonialis usité dans l’expression sanctimonialis virgo.

Il existe nombre de diminutifs de prénoms parfois devenus des patronymes[2], ce qui atteste de l’ancienneté du procédé : Bastien (pour Sébastien), Colas (pour Nicolas), Drian (pour Adrian, forme méridionale d’Adrien), Sandre (pour Alexandre) ou Toine (pour Antoine). Sandrine (pour Alexandrine) est devenu un prénom distinct en français.

Le patronyme Vasseur continue une forme courte de vavasseur : l’aphérèse se confond ici avec une haplologie.

On trouve aussi une aphérèse dans d’autres types de noms propres. Les Cadiens (ou Cajuns) sont des Acadiens exilés. Pamiers (Ariège) tient son nom d’Apamée (Syrie). Clermont-Ferrand pour Clermont-Montferrand du fait de la réunion de 1630 : Ferrand a subi une aphérèse et le tout une syncope se confondant avec une haplologie. Le toponymeSalonique (pour Thessalonique) est toujours usité en français[3]. Le nom de la Guyenne remonte au latinAquitania tout comme celui de l’Aquitaine (une forme plus savante). Les Pouilles (ou la Pouille) correspondent à l’antique Apulie (Apulia en latin).

Termes devenu courants : bus (pour omnibus ; aujourd’hui synonyme d’autobus), car (pour autocar), chandail (pour marchand d’ail !).

Le vocabulaire anglo-américain passé en français offre d’autres exemples, en particulier blog (pour weblog), bot (issu de robot), burger[4](issu de hamburger), macadam (parfois usité pour tarmacadam formé de tar (goudron) et de macadam), toon (issu de cartoon). Ou encore scout (emprunté par l’anglais à l’ancien français(une) escoute) et sport (emprunté par l’anglais à l’ancien françaisdesport). Dans tous ces cas l’aphérèse s’est produite en anglais avant que le terme soit emprunté par le français : ce n’est pas toujours une syllabe inaccentuée (en anglais) qui a disparu (à en juger par robot/bot). Une actrice américaine a longtemps été appelée Liz Taylor avec son prénom Elizabeth réduit à seule syllabe accentuée (dans ce cas l’aphérèse est accompagnée d’une apocope). Lorsque le terme complet a lui aussi été emprunté par le français, l’aphérèse est bel et bien ressentie comme telle en français (par exemple dans le couple toon/cartoon). Steak est mentionné comme un terme anglais dans le Petit Robert 2007 sans faire référence à une quelconque aphérèse ; en anglais beefsteak signifie « tranche (steak) de bœuf (beef) » (et prend en français la forme bifteck) et l’on peut employer steak au sens de « tranche de viande ».

Parmi les termes familiers ou argotiques : binet (pour cabinet ; argot de l’École polytechnique : « salle de réunion » et aujourd’hui « club » [5]), Bleau (pour forêt de Fontainebleau ; argot des sportifs, le « Groupe de Bleau » ou Bleausards notamment), blème[6] (pour problème), bone[7] (pour trombone), cipal[8] (pour garde municipal), la Cipale (pour vélodrome municipal), droïde (pour androïde), Ken (pour Heineken)[réf. nécessaire], missaire (pour commissaire ; argot de l’École polytechnique[5]), pitaine (pour capitaine ; argot militaire), Ricain[9],[10](pour Américain), stratif (pour droit administratif ; argot étudiant)[réf. nécessaire], la Tentiaire (pour Administration pénitentiaire)[réf. nécessaire], tiag (pour santiag), le Topol[11](pour le boulevard de Sébastopol à Paris), touze[12],[13](pour partouze), trabendo (pour contrabendo ; français d’Algérie), zine[14](pour fanzine, mot lui-même fabriqué à partir de fan et de magazine), etc.

Parfois l’aphérèse s’accompagne d’un redoublement : zizique (pour musique) et zonzon (pour prison).

Par définition l’aphérèse ne se distingue pas forcément du verlan apocopé lui aussi très présent dans l’argot français contemporain. Touze peut ainsi être l’aphérèse de partouze ou l’apocope de touzepar, verlan de partouze.

Le terme margis (pour maréchal des logis) s’explique par une syncope produite dans la locution (même si logis a subi une aphérèse).

Des aphérèses se produisent lorsque le français est prononcé un peu vite : « ’jour » (pour « bonjour »), « ’soir » (pour « bonsoir »), « ’ci » pour « merci », « ’Coute voir ! » pour « Écoute voir ! », vous réduit au z de liaison (« Z’avez pas soif ? »), etc.

L’aphérèse se trouve également dans certaines régions ou accents[réf. nécessaire] comme le « pataouète » où la prononciation est très particulière :

  • suppression du « v » en début de mot devant le son « oi » (« voi » devient « oi » , voire « wa »).

Par exemple : « voisin » → « oisin », parfois « wasin » lorsque le mot est accentué.

« Y a l’oisin qu’a changé d’oiture » oisin » pour « voisin » et « oiture » pour « voiture ») : il est à noter ici la forte marque d’oralité, notamment avec l’omission du pronom il y a » pour « il y a ») et les élisions du déterminant le l’oisin » pour « le voisin »).

L’aphérèse peut être symbolisée par une apostrophe (qui note normalement la seule élision en français) afin de bien la mettre en évidence lorsque l’on craint de ne pas être compris : « ’pitaine » pour « capitaine ». Mais écrire « les années ’80 » pour « les années 1980 » constitue un anglicisme typographique.

. . . Aphérèse en français . . .

  1. Voir L’Intermédiaire des chercheurs et curieux (ICC), rubrique « L’aphérèse en français moderne » initiée par Georges Dufoux (1993 colonne 745) ; années 1993, 1994, 1996 et 1997
  2. Marie-Thérèse Morlet, Dictionnaire étymologique des noms de famille
  3. Salonique, nid d’espions, également connu sous le titre de Mademoiselle docteur est un filmfrançais réalisé par Georg Wilhelm Pabst en 1937.
  4. Burger King est le nom d’une société
  5. Fabrice Mattatia, Dictionnaire d’argot de l’X, 142 pages, éditions Lavauzelle, 2004, (ISBN 2-7025-1230-5)
  6. Voir par exemple Langue sauce piquante
  7. année 1994, colonne 784, L’Intermédiaire des chercheurs et curieux (ICC)
  8. Voir Définitions lexicographiques et étymologiques de « cipal » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  9. Voir Définitions lexicographiques et étymologiques de « ricain » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  10. Ricain a donné Cainri en verlan
  11. François Caradec (1924-) Dictionnaire du français argotique et populaire, Larousse, 298 pages, imprimé en 1998, (ISBN 2-03-340910-4)
  12. Voir article touze du Dictionnaire de la Zone.
  13. terme attesté aussi dans les messageries instantanées
  14. Ciné Zine Zone était un fanzinefrançais spécialisé dans le cinéma bis (19782003)

. . . Aphérèse en français . . .

This article is issued from web site Wikipedia. The original article may be a bit shortened or modified. Some links may have been modified. The text is licensed under “Creative Commons – Attribution – Sharealike” [1] and some of the text can also be licensed under the terms of the “GNU Free Documentation License” [2]. Additional terms may apply for the media files. By using this site, you agree to our Legal pages . Web links: [1] [2]

. . . Aphérèse en français . . .

Previous post Ogens
Next post Château de Beauregard (Chablais)