Hassiba Ben Bouali

Hassiba Ben Bouali (en arabe : حسيبة بن بوعلي, en berbère : ⵀⴰⵙⵙⵉⴱⴰ ⴰⵉⵜ ⴱoⵓⴰⵍⵉ, plusieurs auteurs français l’écrivent Bent Bouali[note 1],[1]), née le à Sendjas (ex.Bougainville)[2] près d’Orléansville (aujourd’hui Chlef) en Algérie et morte le à la Casbah d’Alger, est une militante et résistante algérienne durant la guerre d’Algérie, participant notamment à la bataille d’Alger aux côtés d’Ali la Pointe, Zohra Drif et Yacef Saâdi, chef de la Zone autonome d’Alger.

Hassiba Ben Bouali

Hassiba Ben Bouali

Naissance
Sendjas (ex. Bougainville)

Algérie

Décès (à 19 ans)
Casbah d’Alger, Algérie
Mort au combat
Allégeance FLN
Unité Zone autonome d’Alger
Années de service 19561957
Conflits Guerre d’Algérie
Faits d’armes Bataille d’Alger
Hommages 1 Novembre
5 juillet
Autres fonctions Agent de liaison, transport d’explosifs
modifier 

. . . Hassiba Ben Bouali . . .

Hassiba Ben Bouali alias Ait Saada[3], issue d’une grande famille aristocrate [4],[5], elle voit le jour, le [4] dans la petite commune de Sendjas (ex. Bougainville)[4] au pied du mont de l’Ouarsenis et à 14 km au sud du chef-lieu de la wilaya de Chlef (ex. Orléanville). Elle n’a que 9 ans lorsque ses parents déménagent à Alger en 1947[6]. Son père Abdelkader Ben Bouali travaillait à la direction de l’agriculture au gouvernement général à Alger[7].

Après avoir entamé ses études primaires dans son village natal, elle poursuit sa scolarité à l’école Aïn Zerga, à Alger. Après le certificat d’études primaires obtenu en 1950, elle entre au lycée Pasteur (aujourd’hui annexe de la faculté centrale d’Alger), tout en suivant des cours de musique[8]. Elle adhère à 16 ans à l’Union générale des étudiants musulmans algériens (UGEMA). Tout en poursuivant ses études, elle milite activement, au côté de sa mère dans l’association caritative laïque, « La tasse de lait »[9] de la rue Boutin à Alger, qui a pour but de distribuer un aliment d’appoint et des soins aux enfants pauvres de la population musulmane de Belcourt[10], cette activité l’a confrontée aux conditions de misère dans lesquelles se trouve la population musulmane et de prendre consciences de la situation socio-politique du système colonial[11]. Elle élargit son activité bénévole en donnant assistance aux malades à l’hôpital Mustapha Pacha tout en suivant des cours d’infirmière dans le même hôpital.

. . . Hassiba Ben Bouali . . .

Cet article est issu du site Web Wikipedia. L’article original peut être un peu raccourci ou modifié. Certains liens peuvent avoir été modifiés. Le texte est sous licence “Creative Commons – Attribution – Sharealike” [1] et une partie du texte peut également être sous licence selon les termes de la “GNU Free Documentation License” [2]. Des conditions supplémentaires peuvent s’appliquer aux fichiers multimédias. En utilisant ce site, vous acceptez nos pages Mentions légales . Liens Web : [1] [2]

. . . Hassiba Ben Bouali . . .

Previous post Štrbské Pleso
Next post Liste de chats célèbres